23juin2017

Publicité

 
Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 59
Un soleil qui se fait moins timide et décide de s'installer, des couleurs plus vives un peu partout, des fleurs-en-veux-tu-en-voilà. Ca donne envie d'aller se promener mais c'est pas pour autant qu'on va s'arrêter de lire ! Biensûr que non puisque nous avons accès à ce merveilleux objet qu'est le livre de poche ! Et le mois de mai nous promet de belles publications en petit format ! Voici notre sélection ! 


WEB2 FITZGERALD Gatsby-édition-Film02/05
Francis Scott Fitzgerald
GATSBY LE MAGNIFIQUE
Le Livre de Poche
New York, années folles… Dans sa somptueuse demeure de Long Island, Jay Gatsby organise de fastueuses réceptions où les invités se pressent en foule. Mais leur hôte ne cherche à éblouir qu’une seule personne : Daisy Buchanan. Elle est élégante, riche, séduisante, mais elle est la femme d’un héritier millionnaire… Avec ce texte devenu un classique, Fitzgerald, sur un air de jazz et une coupe de champagne à la main, met à nu le Rêve américain et écrit l’un des plus beaux romans du XXe siècle, ici présenté dans la traduction de référence, par Jacques Tournier.

Jean-Christophe Grangé
LE PASSAGER
Le Livre de Poche
Je suis l'ombre. Je suis la proie. Je suis le tueur. Je suis la cible. Pour m'en sortir, une seule option : fuir l'autre. Mais si l'autre est moi-même ?...Grangé a le chic, en construisant avec une minutie d’horloger son intrigue au long cours, de rendre crédible ce que son imagination débordante invente de façon totalement débridée. Bravo l’artiste ! Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire. Diaboliquement construit suivant le principe des poupées russes, Le Passager se dévore avec un mélange d’effroi et de jubilation. Grangé explore la frontière ténue qui sépare la raison de la folie. Celle floue entre le bien et le mal. Il nous entraîne vers des abîmes d’autant plus angoissants qu’il les a puisés dans l’ordinaire – à peine exagéré – de la société contemporaine et ses dérives. Hubert Lizé, Aujourd’hui en France.


Harold Cobert
DIEU SURFE AU PAYS BASQUE
Le Livre de Poche
De cette romance estivale sur fond de plages sauvages et de balades en scooter naît une histoire d'amour, et un désir d'enfant. Le jeune couple parviendra-t-il à conjurer les coups du destin, à préserver l'ivresse des débuts ? Des souvenirs heureux aux épreuves du présent, Harold Cobert explore la vie conjugale du point de vue masculin. Mêlant dérision et tendresse, son échographie d'un père n'esquive rien, ni l'appréhension de la paternité ni la tragédie de la perte de l'enfant à naître. Avec pudeur, comme en équilibre sur la crête des séismes intimes, un roman paradoxalement drôle et bouleversant.Un récit inoubliable. Emmanuelle de Boysson, Marie Claire. Un de ces amours indestructibles qui, quoi qu’il arrive, rendent plus fort. Version Femina.
____________________

07/05
Martin Amis
LA VEUVE ENCEINTE
Collection Folio, n° 5588
Le héros vieillissant de ce roman, Keith Nearing, se remémore l'été de ses vingt ans, en 1970, quand eut lieu un mystérieux événement qui bouleversa sa vie sexuelle et donc son existence entière. Dans un château en Italie, piégé dans l'histoire de la «révolution sexuelle», il hésite entre trois femmes : sa petite amie Lily, Shéhérazade, l'objet de ses fantasmes, et la très troublante et très «virile» Gloria. Ce sont les obsessions de l'auteur qui, dans ce roman à idées, se font jour : l'identité masculine, l'impossible rapport entre les sexes, la hantise de l'anéantissement, le malaise du corps.
Cette évocation de la libération des mœurs dans les années soixante-dix brille par l'intelligence provocante de sa vision. Excédant les limites du roman à thèse, Martin Amis demeure avant tout un immense styliste, à l'écriture vigoureuse, aux trouvailles fulgurantes, inimitables. Il est ici au mieux de sa forme, plus audacieux que jamais.


Marie Ferranti
UNE HAINE DE CORSE
Histoire véridique de Napoléon Bonaparte et de Charles-André Pozzo di Borgo
Collection Folio, n° 5578
Charles-André Pozzo di Borgo voua, sa vie durant, une haine profonde à son ami d'enfance, Napoléon Bonaparte. Marie Ferranti retrace l'histoire de la relation entre ces deux êtres brillants, ambitieux et fougueux. Alors que Bonaparte embrasse la carrière militaire, Pozzo di Borgo devient avocat, participe à la Révolution avant d'être élu député de la Corse. Il assiste à l'ascension de Bonaparte avec méfiance, avant de s'opposer à lui au point de se mettre au service du tsar de Russie, dont il sera un puissant conseiller – rôle dont Napoléon, après sa chute, reconnaîtra l'importance décisive.
En réalité, Marie Ferranti s'intéresse sans doute moins à Pozzo qu'à Napoléon. C'est bien la figure de l'empereur qui transparaît en permanence à travers le portrait de son ennemi. Si brillant soit-il, le personnage de Pozzo ne peut que s'effacer devant le génie napoléonien.
Voici l'œuvre d'une romancière qui se fait pour l'occasion historienne – à moins que ce ne soit l'inverse – et n'hésite pas à se mettre en scène dans le jeu de miroirs où se reflètent ses deux personnages. Elle nous montre l'Histoire en train de naître au jour le jour dans le creuset des passions humaines.
___________________

10/05
Didier Van Cauwelaert
LE JOURNAL INTIME D'UN ARBRE
Le Livre de Poche
« On m'appelle Tristan, j'ai trois cents ans et j'ai connu toute la gamme des émotions humaines. Je suis tombé au lever du jour. Une nouvelle vie commence pour moi – mais sous quelle forme ? Ma conscience et ma mémoire habiteront-elles chacune de mes bûches, ou la statuette qu'une jeune fille a sculptée dans mon bois? Ballotté entre les secrets de mon passé et les rebondissements du présent, lié malgré moi au devenir des deux amants dont je fus la passion commune, j'essaie de comprendre pourquoi je survis. Ai-je une utilité, une mission, un moyen d'agir sur le destin de ceux qui m'ont aimé ? » Tristan, fruitier de 300 ans, gît à terre après un coup de vent, et révèle trois siècles d’histoire et d’Histoire. À la fois grave et légère, empreinte de poésie et d’espoir, cette aventure végétale dessine le portrait d’une humanité sur le point de perdre la sienne. Marie Rogatien, Le Figaro magazine. Un roman fantastique. François Busnel, L’Express.

___________________

15/05
Francis Scott Fitzgerald
LE GARÇON RICHE ET AUTRES NOUVELLES / THE RICH BOY AND OTHER STORIES
Collection Folio bilingue
«Laissez-moi vous parler des riches. Ils sont différents de vous et moi. Ils possèdent et jouissent tôt dans la vie, ce qui n’est pas sans effet sur eux ; cela les rend tendres là où nous nous endurcissons, cyniques là où nous sommes, nous, confiants, d’une manière difficile à comprendre lorsqu’on n’est pas né riche.»
Trois nouvelles contemporaines de Gatsby le magnifique, le chef-d’œuvre de Francis Scott Fitzgerald.

Pénélope Bagieu - Boulet
LA PAGE BLANCHE
Le Livre de Poche
« Tout va bien se passer… J’ai une adresse, des tickets de métro, un plan de Paris... D’ici une minute, tout va me revenir. » Une jeune femme se réveille dans Paris. Elle ne se souvient ni de son nom, ni de ce qui l’a amenée là. Son passé a disparu. Avec humour et sensibilité, Pénélope Bagieu et Boulet racontent sa quête d’identité.

___________________

22/05
Daniel Filipacchi
CECI N'EST PAS UNE AUTOBIOGRAPHIE
Le Livre de Poche
De Salut les copains à Paris Match, Daniel Filipacchi, per­son­nage jusqu’à pré­sent secret et mys­té­rieux, nous dévoile pour la pre­mière fois sa « vie mode d’emploi », avec pudeur et inso­lence, avec sagesse et drô­le­rie, dans un style direct et ori­gi­nal qui res­sem­ble à son par­cours.
« J’ai fait à Match tout ce qu’on peut ima­gi­ner, sauf balayer les bureaux et net­toyer les car­reaux. J’ai été maquet­tiste, chef des infor­ma­tions, direc­teur du ser­vice photo par inté­rim, pho­to­gra­phe, repor­ter, rewri­ter, archi­viste, garçon de cour­ses. J’ai même rempli quel­ques fonc­tions vague­ment admi­nis­tra­ti­ves. Au départ, j’y étais entré direc­te­ment comme pho­to­gra­phe par le plus grand des hasards. Je venais d’avoir vingt ans, un soir de jan­vier 1948… »
Ceci n’est pas une auto­bio­gra­phie a reçu le Prix de la Coupole 2012
___________________

23/05
Claude Lanzmann
UN VIVANT QUI PASSE
Auschwitz 1943 - Theresienstadt 1944
Collection Folio
Les mémoires de Claude Lanzmann, journaliste, écrivain et cinéaste. Il a réalisé la magistrale oeuvre Shoah. Il a reçu en février dernier un Ours d'or pour l'ensemble de son oeuvre au Festival du Film de Berlin. 
___________________

30/05
J. M. G. Le Clézio
HISTOIRE DU PIED ET AUTRES FANTAISIES
Collection Folio
«Jusqu'où irons-nous? Jusqu'à quand serons-nous vivants? Quelles raisons donnerons-nous à notre histoire? Parce qu'il faudra bien un jour trouver une raison, donner une raison, nous ne pourrons pas accréditer notre innocence. Où que nous soyons, quelle que soit notre destination finale (si une telle chose existe), il nous faudra rendre compte, rendre des comptes.
J'ai été, j'ai fait, j'ai possédé. Et un jour je ne serai plus rien. Pareil à ce wagon lancé à une vitesse inimaginable, incalculable, sans doute voisine de l'absolu, entre deux mondes, entre deux états. Et pas question qu'aucun d'entre nous retourne jamais à ses états, je veux dire à son passé, à ce qu'il, à ce qu'elle a aimé. Pour cela les visages sont figés, immobiles, parfois terreux, on dirait des masques de carton bouilli ou de vieux cuir, avec deux fentes par où bouge le regard, une étoile de vie accrochée au noir des prunelles.»

Collectifs
UN OUI POUR LA VIE ?
Littérature et mariage
Collection Folio 2 €
Elizabeth Bennet et M. Darcy, Emma et Charles Bovary, le prince et la princesse de Clèves… tous un jour se sont dit oui, «pour le meilleur et pour le pire», dit-on. De la demande en mariage, qu’elle soit très protocolaire ou pleine de fantaisie, au grand jour, ce petit recueil de textes vous entraînera dans ces moments intimes et rares vus par de grands écrivains.
De La Fontaine à Daniel Pennac en passant par Guy de Maupassant, Albert Camus et Julian Barnes… Les plus belles pages de la littérature consacrées au mariage.


Éric Fottorino
PETIT ELOGE DE LA BICYCLETTE
Collection Folio 2 €
«Aujourd'hui encore, quand me guettent des pages d'écriture, mes ordres de grandeur sont convertis en intensité physique. Cela peut sembler incongru ou trivial de comparer le noble effort des lettres et celui du rémouleur de bitume. Pour moi, ils sont égaux et, pour tout dire, la fibre cycliste, parce qu'elle m'a souvent remué la chair, m'est apparue comme une préparation sans pareille pour affronter le vertige des mots, l'épaisseur du langage au milieu duquel le chemin est étroit pour trouver le ton juste, le bon rythme, l'image, la couleur, la musique, l'émotion, la grâce.»

Éric Fottorino
PETIT ELOGE DU TOUR DE FRANCE
Collection Folio 2 €
«Je fonce tête baissée, poursuivi par un cortège de champions. Ils sont tous là, ceux d’hier, Anquetil, Bahamontes, Merckx, Hinault, Fignon. Ils mènent la chasse derrière moi. Je suis encore en tête, mais pour combien de temps? Un homme seul peut-il résister à l'histoire du vélo, aux légendes lancées à ses trousses? Je ne connais de peloton que d’exécution. Ils m’auront rattrapé avant le pont, c’est couru. Pourtant j’ai un petit vélo dans la tête qui tourne à plein régime. Croyez-moi ou non, ça m’est égal, il m’arrive de me retourner pour voir s’ils ne sont pas juste derrière moi. Je me fais mon film. Je suis dans le film. C’est l’étape reine du Tour. J’y suis. Il faut que je tienne.»

Marcel Proust
À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU, I
DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN
Collection Folioplus classiques, n° 246
«Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté... Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur goutelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.»

Écrit par 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

leftPortail participatif sur l'actualité littéraire et la passion du livre : critiques, sélections de livres et d'écrivains, interviews, inédits, dossiers…

Partenaires

Mentions légales

Newsletter