20janvier2019

Publicité

 
Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 61

"La France Orange Mécanique" : Doit-on quitter le pays ?

5 mars 2013 J'aime le livre
Après Frigide Barjot voici Laurent Obertone. Parfait inconnu il y a encore quelques semaines, le journaliste devenu écrivain fait grincer des dents. Son livre « La France Orange Mécanique » met les pieds dans un plat peu ragoutant : l’état de la délinquance. Accusé de faire le jeu du Front National, l’intéressé défend « son travail d’investigation. Loin de la polémique, ce best-seller surprise de l’année 2013 est-il à la hauteur de sa (mauvaise) réputation ?

LaFranceOrangeMecanique Ring2012« Nul n’est censé ignorer la réalité ». C’est avec ce postulat présomptueux que Laurent Obertone a entrepris sa démarche : celle de faire la lumière sur les « vrais chiffres » de la délinquance en France. Surfant sur la vague d’instabilité et de défiance croissante envers nos élites depuis la crise financière, le journaliste en remet une couche sur l’opacité de notre système. Lassé du complaisant positivisme médiatico-politique autour de la question, Laurent Obertone a effectué un travail d’investigation colossal : un recoupage méticuleux de l’ensemble des faits divers relatés dans les quotidiens régionaux et des chiffres recueillis auprès du très officiel « Observatoire Nationale de la Délinquance et des Réponses Pénales » (ONDRP). A des années lumières de la tendance baissière annoncée partout, les résultats sont édifiants : 13000 vols, 2000 agressions et 200 viols toutes les 24 heures.
 
Pouvons-nous contester ces chiffres ? Pas vraiment et personne ne les conteste. Ce livre-documentaire est rempli aux trois-quarts de statistiques, de chiffres et de faits divers sordides largement exploités. Ces éléments sont la seule richesse du livre ; ne dépassant jamais le cadre du constat, Laurent Obertone ne propose pas de solutions. En prenant le parti de se placer aux côtés de victimes « trop souvent oubliées par une justice complaisante avec les criminels », les exemples avancés ne peuvent souffrir d’aucune contestation.

Chopin plutôt que Beethoven

« La France orange mécanique » ajoute de la psychose au pessimisme ambiant. Comme s’il apparaissait nécessaire de tirer sur l’ambulance. Dans un pays où nous voyons le futur plus sombre qu’en Irak ou au Pakistan, le succès de ce livre n’a rien d’étonnant. A « L’hymne à la joie » de Beethoven mis à l’honneur dans le film de Kubrick, Laurent Obertone a préféré « La marche funèbre de Chopin ». Pauvre sur le plan stylistique et avec quelques analyses faites à l’emporte-pièce destinées à créer le trouble sur la société multiculturelle, ce document historique doit être pris tel quel. Ni plus ni moins. Inutile donc de s’épancher sur les supposées ambitions politiques de cet ouvrage. Le populisme présent au fil des pages rappellera certes un parti d’extrême droite bien connu mais d’ici les prochaines élections en 2014, la portée de ce livre aura bien diminuée.

« La France orange mécanique » c’est une polémique pour rien, un livre nécessaire qui a le mérite de poser des questions dérangeantes auxquelles on ne trouvera visiblement jamais les réponses.

Écrit par 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

leftPortail participatif sur l'actualité littéraire et la passion du livre : critiques, sélections de livres et d'écrivains, interviews, inédits, dossiers…

Partenaires

Mentions légales

Newsletter