20janvier2019

Publicité

 
Les Pyrénées ont pendant longtemps été présentées comme un conservatoire des pratiques familiales d'origine coutumière. La maison, (casa en Catalogne, ostau en Gascogne, etxe au Pays Basque, maysou en Béarn ), élément central du système pyrénéen, se serait maintenue tout au long du XIXe siècle, en dépit des changements législatifs de la période révolutionnaire et du Code civil.

Ce livre donne un éclairage nouveau sur les modalités de réception de ces normes nationales dans un cadre géographique coutumier, les deux vallées béarnaises d'Aspe et d'Ossau, et tente de mesurer l'impact de ces changements sur l'organisation sociale de ces familles pyrénéennes. L'ouvrage est le résultat de recherches qui comblent une attente et feront date parce qu'elles bousculent bien des idées reçues. Christine Lacanette-Pommel, par sa formation et ses origines pyrénéennes allie une solide culture juridique et une bonne connaissance du terrain. Elle a collecté dans un corpus de milliers d'actes un échantillonnage de pratiques qu'elle dissèque avec rigueur et précision. C'est en historienne de la famille et de la société qu'elle utilise ce matériau. Derrière les clauses des testaments ou des contrats de mariage, il y a des hommes et des femmes, avec leurs espoirs et leurs difficultés, leurs calculs et leurs intérêts, leurs mesquineries et leurs largesses. En reconstituant des lignées, en campant des figures, en décrivant des stratégies, en perçant des secrets de famille, Christine Lacanette-Pommel donne à ce qui aurait pu être une technique juridique les couleurs de la vie. Sans pour autant éluder les conflits, par le croisement des sources notariées et des archives judiciaires, elle met au jour quelques procès qui en disent long sur l'âpreté de certains rapports familiaux, mais elle montre aussi le pragmatisme de ces populations qui, à de coûteux procès, ont souvent préféré le compromis de l'arbitrage. Les Béarnais ne se sont pas plus arc-boutés sur des coutumes dépassées qu'ils n'ont passivement subi le joug d'un droit imposé. Avec le réalisme qui a souvent caractérisé leurs comportements, les montagnards ont accepté le vent de liberté que la Révolution a fait passer sur leurs vallées au bénéfice des cadets, et ils ont su utiliser toutes les ressources du Code Napoléon pour mener au mieux leurs stratégies. (Extrait de la préface de Jacques Poumarède)

Édition brochée. Dos carré collé et cousu.
Sous couverture cartonnée 300 g pelliculée, illustrée couleur (Louis Capdevielle Noce à Laruns. Musée des Beaux-Arts de Pau. Cliché J.-C. Poumeyrol).
232 pages. Tirage 500 exemplaires. Format 16x24cm.

Écrit par 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

leftPortail participatif sur l'actualité littéraire et la passion du livre : critiques, sélections de livres et d'écrivains, interviews, inédits, dossiers…

Partenaires

Mentions légales

Newsletter